Heysel: le Conseil d’État a rejeté cinq recours contre le projet Neo

NEO6

Les cinq recours des promoteurs d’Uplace contre le projet Neo de réaménagement du plateau du Heysel ont été rejetés par le Conseil d’État. Ces recours visaient essentiellement différents aspects de la procédure de marché public.

Le Conseil d’État vient de faire savoir qu’il rejetait les cinq recours introduits contre le projet Néo de réaménagement du plateau du Heysel par les promoteurs du projet de mégacentre commercial Uplace à Machelen, a annoncé Brussels Expo. Ces recours visaient essentiellement différents aspects de la procédure de marché public par dialogue compétitif attribué au consortium Unibail-Rodamco-Besix en décembre 2014 en vue de l’urbanisation d’une large part du plateau, entre autres via la création de plusieurs centaines de logements, d’un centre commercial et d’un complexe de loisirs.

«Nous nous réjouissons que le Conseil d’État n’ait rien trouvé à redire quant au strict suivi des procédures de marché public auxquelles la Ville et la Région de Bruxelles se sont soumises dans le cadre de NEO. Nous désirons continuer à avancer sans polémiquer et dans la plus grande transparence, dans ce projet d’urbanisation qui nous paraît indispensable au bien être des Bruxellois, et au développement démographique, économique et international de notre capitale», a commenté Philippe Close, échevin de la Ville de Bruxelles en charge du suivi du projet Néo.

«Une preuve de la solidité de Neo»

De son côté, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a dit voir dans cette décision de la Haute instance, «une preuve de plus de la solidité de Néo, qui poursuit ainsi sa concrétisation.»

Le président de la scrl Néo, Yves Golstein s’est pour sa part réjoui de pouvoir «poursuivre la mission de la société mixte Ville/Région en toute sérénité. La cohérence de Néo dans le développement de la Capitale est telle que nous n’avons jamais eu aucun besoin d’introduire des recours contre quelconque autre projet à Bruxelles ou en dehors de la Région.»

Le contrat Néo I signé avec le consortium Unibail-Rodamco-Besix prévoit la construction, entre autres d’un quartier commerçant, de 750 logements et d’espaces verts, de loisirs et de sports. Le démarrage des travaux de Néo I est prévu en 2017.

Sa mise en œuvre a toutefois subi un coup de frein au début du mois de décembre dernier, avec l’annulation partielle, par le Conseil d’État, de la Zone d’Intérêt Régional 15 du Plan Régional (bruxellois) d’Affectation du Sol sur laquelle le réaménagement du plateau du Heysel est projeté. La Haute juridiction administrative a annulé l’arrêté de modification du plan régional d’affectation du sol de Bruxelles dans la mesure où il concerne le site du Heysel.

Bientôt: Neo II

Le Conseil avait notamment jugé que les exigences du rapport d’incidences sur l’environnement n’ont pas été remplies sur certains points. Ainsi, l’existence d’autres solutions raisonnables pour le site du Heysel n’a pas été examinée. L’évolution ultérieure des aspects environnementaux si le site du Heysel n’avait pas reçu une nouvelle affectation n’a pas non plus été vérifiée. Pour le Conseil d’État, la suppression de l’obligation prévue antérieurement d’introduire une demande d’autorisation globale pour l’ensemble du site du Heysel ne paraît pas non plus avoir fait l’objet d’une étude d’incidences sur l’environnement.

Les autorités régionales avaient alors jugé que des solutions techniques existaient pour permettre la réalisation du projet.

Par ailleurs, le projet Neo II, dont le dialogue compétitif devrait être attribué dans un an, prévoit la construction d’un centre de congrès et d’un hôtel.

L’ensemble du projet de réaménagement du Heysel devrait créer 3.000 emplois en Région bruxelloise.

 

lavenir

Laisser un commentaire

*